Trouver un emploi dans une structure d’insertion

Les cartons collectés sont préparés et triés avant d’être remis en vente sur la boutique en ligne de Carton Plein.

Vous êtes éloignés depuis longtemps du monde du travail et l’idée d’y retourner vous angoisse ? Intégrer une structure d’insertion professionnelle vous redonnera confiance en vous et vous permettra de rebondir. 

« C’est un peu comme une famille, on n’est jamais tout seul, on travaille toujours en binôme », confie Maryline à propos de son nouveau travail. Sans emploi depuis longtemps, cette mère de famille, proche de la retraite, avoue avoir eu beaucoup de mal à se « réinsérer dans la vie : dans le milieu rural, sans qualification spécifique, c’est vraiment difficile, et quand vous restez longtemps au chômage, il vous arrive de passer par des moments de désespoir ». En contrat d’insertion professionnelle dans le maraîchage (lien vers Le maraîchage, un tremplin pour reprendre une activité) depuis presque un an au sein du Jardin de Cocagne de Vaillant, ferme bio en insertion dans la Haute-Marne (52), Maryline a su, petit à petit, retrouver le moral.

Un accompagnement personnalisé

Ce changement d’état d’esprit s’est réalisé grâce à l’appui des encadrants sociaux et professionnels qui l’accompagnent tout au long du processus de réinsertion. « Nous mangeons ensemble le midi, ce qui nous permet d’être à l’écoute des salariés, de leur parler et de voir avec eux où ils en sont dans leur projet. On fait ensuite remonter ces informations aux accompagnateurs sociaux qui se chargent de leur trouver une formation, un emploi tout en les aidant à traiter leurs démarches administratives », explique Maroua, animatrice et encadrante du Jardin de Cocagne de Vaillant. Un soutien global donc, qui va au-delà du domaine professionnel, ce qui suppose des rapports de confiance, d’entraide et de respect mutuel : « si la personne veut nous parler de sa vie privée, elle peut. Si elle ne veut pas, on la respecte », ajoute Maroua.
Autre lieu, même combat, avec Carton Plein, une association d’inclusion sociale et professionnelle basée à Paris. Elle propose de collecter à vélo des cartons, auprès des particuliers, des professionnels ou des collectivités, cartons qu’elle remploie ensuite dans son atelier du 18e arrondissement et revend sur sa boutique en ligne. Par ailleurs, elle réalise des déménagements, à vélo uniquement. En plus de son rôle d’Entreprise d’insertion, Carton Plein a mis en place un pôle « des premières heures », qui accompagne des personnes qui sont à la rue ou qui y ont vécu. Avec 3, 6 ou 9 heures de travail par semaine (le travail s’adapte à la personne et non le contraire), les personnes retrouvent confiance pas à pas. Elles trient, valorisent, vendent et préparent les commandes des clients. « Les personnes nous sont orientées par les maraudes, les accueils de jour, les centres d’hébergements ou par Pôle emploi (pour notre Entreprise d’insertion). Les travailleurs sociaux nous connaissent et nous travaillons en partenariat », explique Laure Turchet, coordinatrice du Pôle « Dispositif Premières Heures ».

Les Jardins de Cocagne proposent des paniers locaux, bio et solidaires aux adhérents. Ici, le maraîchage biologique est utilisé comme support de réinsertion.

Des possibilités d’embauche variées

Ces structures proposent des CDDI, contrats à durée déterminée d’insertion, qui sont renouvelables pour une durée maximale de 24 mois. Le temps de travail comprend un temps consacré à la construction de son projet professionnel (accompagnement individuel, formations, immersions en entreprises) afin de trouver un emploi chez un employeur dit « classique ».  Les possibilités d’embauche sont nombreuses et variées. Principaux secteurs de recrutement : la restauration, le bâtiment, la finance, le transport, le recyclage et les espaces verts. L’intégration ne se fait pas sur la base de la qualification ou de l’expérience, mais s’établit plutôt sur la motivation, l’aptitude physique et psychologique à travailler. Les contrats de travail de moins de 35 heures permettent aux salariés de dégager du temps pour chercher un travail chez un employeur dit « classique ». La rémunération est, quant à elle, bien souvent équivalente au SMIC (1 539.42 € brut en 2020). Si vous êtes sans emploi depuis longtemps, allocataire des minimas sociaux, sans qualification ou senior, vous pouvez demander à intégrer une entreprise d’insertion. Pour ce faire, vous devez impérativement être accompagné par un prescripteur du service de l’emploi (Pôle emploi ou mission locale de votre commune). 

Entreprises ou groupes d’entreprises d’insertion sociale :

groupeares.fr, rubrique notre mission, puis Le parcours Ares

reseaucocagne.asso.fr

emmaus-defi.org

ateliers-du-bocage.fr

vinci-vie.fr

Pour tout comprendre sur l’insertion par l’activité économique : portail-iae.org

Daphnée de Morant et Patricia Erb

©2020 Association debout Mentions légales | Contact

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account