Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Sans domicile fixe, vous vous posez sur le canapé d’un ami ou naviguez entre deux hôtels ? Peut-être est-il temps de songer à faire valoir votre droit à l’hébergement d’urgence, ou DAHO.

« Quand on est dans une situation critique, en matière d’hébergement, on a tendance à se marginaliser », entame Mehdi, ex-SDF de 47 ans. « C’est la chose à éviter à tout prix ». Des galères d’hébergement, l’homme en a connues, et pas qu’un peu. Ballotté de canapé en canapé chez des amis et de la famille, puis SDF à 45 ans, Mehdi passera deux ans à la rue avant d’accepter de l’aide et de retrouver un lieu d’hébergement. « Il faut dire qu’à Lille, les centres d’hébergement adaptés à mon handicap ne courent pas les rues », souligne l’homme, pointant du doigt son fauteuil. Après deux ans de rue, Mehdi se confie à un ami, qui lui recommande de se tourner vers une assistante sociale de son entourage. Celle-ci lui conseille alors de faire valoir son droit à l’hébergement opposable, ou DAHO. Il s’agit d’un droit garanti par l’État si comme Mehdi, aucune structure d’hébergement n’a su vous apporter une réponse adaptée à votre situation dans le cadre d’une demande d’accueil. Hébergé chez un tiers, en résidence à l’hôtel ou sans domicile fixe, ce droit vous concerne directement.

La suite de cet article est réservé aux abonné(e)s…

vous aimerez aussi

© 2021 ASSOCIATION DEBOUT