MON COMPTE

Des solutions pratiques pour faire face aux difficultés de la vie et rester debout.

Profitez du prêt étudiant garanti par l’État

juillet 15, 2021

Financer vos études à crédit sans caution ni ressources, c’est possible ! L’essentiel à savoir.

 

« En 2021, le nombre d’étudiants pouvant obtenir un crédit garanti par l’État bondit de 7 500 à 55 000 ! », annonce Arnaud Caudoux, directeur général adjoint de Bpifrance. Cette revalorisation massive de l’aide de l’État constitue l’un des axes de son Plan de Relance. Dans son principe, ce prêt étudiant garanti par l’État, avec Bpifrance, existe depuis 2008. Son intérêt ? Contrairement aux prêts étudiants classiques, son obtention n’est soumise ni à conditions de ressources, ni à la présentation d’une caution parentale ou d’un tiers. Une alternative intéressante pour les jeunes dont les proches ne peuvent pas se porter garant. Malheureusement, jusqu’à présent, très peu de demandeurs parvenaient à en profiter. Solène Le Her, chef produit crédit à la consommation chez Société Générale, partenaire historique du dispositif, reconnaît « qu’en moins de trois semaines, ces dernières années, l’intégralité de l’enveloppe allouée par Bpifrance était épuisée. » De fait, jusqu’à présent, de très nombreux étudiants se voyaient exclus du dispositif, avec pour conséquence, pour certains, de devoir interrompre leurs études.

 

Un prêt non affecté

Pour pallier cette situation, outre l’augmentation de l’enveloppe globale dédiée à cette aide, le plafond du prêt est revalorisé, passant de de 15 000 à 20 000 €. Il est en outre accessible dans un plus grand nombre d’établissements bancaires. D’une durée minimale de deux ans, le prêt étudiant garanti par l’État s’adresse aux étudiants français ou ressortissant de l’Union Européenne de moins de 28 ans, inscrits dans un établissement de l’enseignement supérieur national. Il s’agit d’un prêt dit « non affecté », c’est-à-dire qu’il vous permet de financer, sans justificatifs d’utilisation, l’ensemble de vos dépenses liées à la vie étudiante : frais de scolarité, logement, voyage d’études, équipement informatique…

 

Un prêt fractionné et différé

Spécificité de ce mode de financement, vous pouvez fractionner le décaissement du prêt afin de débloquer les sommes sur plusieurs années, au fur et à mesure de l’avancée de vos études. Par ailleurs, le remboursement du prêt peut être différé́ jusqu’à votre entrée dans la vie active. En clair, durant vos études, vous n’effectuez aucun versement (on parle de différé ou de franchise totale) ou vous limitez vos remboursements aux seuls intérêts et prime d’assurance (on parle de différé ou de franchise partielle).

 

Des taux d’intérêt variables selon les banques

Le prêt étudiant garanti par l’État est distribué uniquement par les banques ayant signé une convention avec Bpifrance : Société Générale, Crédit Mutuel, CIC, Banques Populaires et Caisses d’Epargne, et depuis 2021, Banque Française Commerciale Océan Indien (BFCOI), la Banque Postale et le Crédit Agricole. Attention toutefois ! Bpifrance garantissant « seulement » 70 % des sommes empruntées, les banques peuvent tout à fait refuser votre demande de prêt si elles estiment que vous présentez trop de risques. Elles peuvent aussi appliquer un taux d’intérêt majoré à ce type de financement. C’est le cas par exemple de la Société Générale, qui propose un taux de 0,79 % aux étudiants bénéficiant d’une caution parentale et de 1,29 % à ceux garantis par Bpifrance. Car chaque établissement reste libre de fixer ses propres conditions : taux, prime d’assurance, durée maximale, fractionnement, différé… A vous donc de vous renseigner sur les modalités offertes et éventuellement, de faire jouer la concurrence. En revanche, point commun à tous ces prêts, la commission Bpifrance prélevée lors du premier blocage de fonds. Exprimée en pourcentage du montant prêté, elle augmente avec la durée du prêt. Exemple : sur un prêt de 10 000 € remboursable en 2 ans, vous paierez 0,90 % de commission, soit 90 €, alors que cette commission passe à 3,30 %, soit 330 € pour une durée de remboursement comprise entre 9 et 10 ans.   

 

Laurence Ollivier

Vous aimerez aussi …